L'art de se perdre

Fragments d'un voyage amoureux

L’ocre et les serments #15

Déc
09

Sur le chemin du retour, alors qu’ils contournent la mosquée bleue, Lisa souffle à Melville : 

« Alors amour, c’est quoi les chemins ? Par où on va au Japon ? 

– C’est pas encore parfaitement clair Lisa, j’ai pas toutes les étapes. Mais en revanche, j’ai les moyens de transport. 

– Dis toujours. 

– On a plusieurs choix. D’abord, d’abord il y a la mer. C’est toujours la mer qui vient en premier, non ? » Il a toujours le même sourire espiègle quand il plaisante.

– Oui Melville, c’est très drôle. Raconte-moi la mer. 

– Il y a un marin, quelque part dans le Bosphore, qui peut nous emmener au Japon en passant par les mers du Sud. C’est un peu un pirate, je crois. 

– Comment tu sais ça ? 

– Balkis a laissé un mot dans mon sac. Elle a indiqué le quai où on pourrait le trouver. Au fond, je crois qu’elle m’aimait bien la vieille reine. 

– Arrête de rêver. Salomon était mono, t’aurais eu aucune chance. 

– Peut-être, mais Salomon il est plus là. Enfin bref. Elle m’a laissé un mot au dos d’un plan. Voilà. Balkis avait un plan pour nous. 

– Et le deuxième choix ? 

– C’est un truc dont j’ai discuté avec Shirdi juste avant de te rejoindre, pendant le mariage. Tu sais qu’il est conteur et poète, l’imam ?

– Je crois que tu l’as mentionné à peu près cinquante mille fois, oui. 

– Eh bien il peut nous emmener dans une de ses histoires. On a qu’à se laisser happer, se laisser emporter par la narration, et il nous raconte le voyage jusqu’à l’arrivée au Japon. Je te cacherai pas que c’est une perspective qui m’excite pas mal. En plus il m’a dit qu’il relisait Rostand et Munchaüsen, avec un peu de chance… » Melville lève la tête vers la voûte céleste. 

– Euh… ok ! » Lisa sourit et passe la main dans les cheveux embataillés de son amoureux. « Et il y a une troisième option ?

– Lisa, il y a forcément une troisième option. Dans toutes les histoires, il doit y avoir trois voies. 

– C’est très péremptoire…

– … et très faux. Mais là oui, il y a trois options. 

– Je t’écoute. 

– Pas besoin. La troisième voie, c’est toi qui la connais. Je te laisse me la dire. 

– Tu triches ! 

– Bien sûr que je triche mon amour. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *