L'art de se perdre

Fragments d'un voyage amoureux

Marin #20

Juin
17

Déjà deux semaines. Deux semaines naufragés sur cette île sans nom. Il n’y a pas d’autres humains, ici. En tout cas pas que Marin ou Lisa aient trouvé.
Par chance, les baies et noix poussent à profusion ici. Marin tente de préserver le régime alimentaire de Lisa, malgré elle parfois.
« Mais allez, là, on pourrait quand même fabriquer une canne ou un harpon, j’ai vu plein de poissons dans l’eau !
– C’est pas une bonne idée. Dans le coin, il y a pas mal d’espèces dont la chaire est empoisonnée, vaut mieux pas prendre le risque.
– C’est NUL ! »
Quand elle a faim, Lisa est facilement de mauvaise humeur. Marin lui caresse l’épaule. L’isolement les a rapprochés. Les a beaucoup rapproché.
La première nuit où Lisa s’est glissée contre Marin, il a hésité. Était-ce sa place de répondre aux appels de la jeune femme ? Après tout, elle était dans une situation difficile à évaluer. Inconsciente d’un deuil bien réel, avec lui comme seul semblable.
La peur d’abuser d’elle l’a paralysé. Mais les caresses appuyées de la naufragée ont eu rapidement raison de sa contenance et le plaisir a débordé de lui, à la satisfaction manifeste de la jeune femme.
« Tu es beau, Marin. J’ai envie de te sentir. »
Il y a dans leur relation quelque chose de primal. Animal, presque. Pas d’affection amoureuse, réellement, mais deux corps qui se frottent l’un à l’autre quand la lune est haute. La journée, ils se répartissent les tâches nécessaires à leur survie. Cueillette et renforcement de l’abri, principalement. Il ne semble pas y avoir d’autres prédateurs que les moustiques par ici, mais on ne sait jamais. Marin a tracé de grands appels à l’aide avec des branchages sur la plage, Lisa a allumé et entretenu un feu. Les journées sont paisibles, bercées par le bruit des vagues et le chant des oiseaux. Le ciel est clément pour le moment, et les quelques averses qui se sont abattues ont permis de constituer des réserves d’eau appréciables.
Le monde est loin et elles ne semblent pas lui manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *