L'art de se perdre

Fragments d'un voyage amoureux

Marin #21

Juin
21

« Il manque quelque chose. »
Crimson a levé le nez de son repas. Le noyé est à côté de lui, les flancs couverts de minuscules calligraphies carmin. Des mots dans une langue ancienne et pourtant familière qu’aucun autre membre de l’équipage ne semble voir. Pour ne pas passer pour un cinglé, il préfère ne rien dire. Ce serait un coup à provoquer une mutinerie ce genre de choses.
Le navire a changé de cap depuis que Volte a fait irruption dans la cabine pour parler de la Reine de Saba. La Reine, c’est le premier bateau de Crimson. Un rafiot qui en a connu d’autres. Alors quand le marin est venu lui dire que sa vieille amie gisait au fond de l’eau, le sang du capitaine n’a fait qu’un tour et il a mis le cap à l’est. Quand les marins sont venus lui demander des comptes, c’est Volte qui les a reçus. Avec les rumeurs sur son passé, personne n’a trop osé gueuler, mais Crimson sait qu’il ne peut pas se permettre d’être vu comme un illuminé.
Alors forcément, quand le noyé vient lâcher ses premiers mots à la table du capitaine, ça met une drôle d’ambiance dans la cambuse.
« Tu parles, toi, maintenant ? »
Le noyé ne répond pas. Il se contente de fixer Crimson, qui ne peut pas détacher son regard de l’histoire qui se raconte sur la peau de son interlocuteur.
« Bon écoute. Moi je veux bien t’aider, mais va falloir que t’y mettes du tien. Là je comprends pas de quoi tu parles ni ce que tu veux, et comme t’es manifestement pas décidé à expliquer, on va avoir du mal à saisir de quoi tu causes. »
L’autre ne lâche pas un bruit. L’équipage non plus.
Le silence n’est ponctué que par les craquements de la carlingue au contact des vagues.
Imperceptiblement, un sourire se dessine sur le visage de l’homme aux écritures. Puis il se retourne brusquement et pointe du doigt la porte par laquelle entre un des membres de l’équipage.
« Crimson, on vient de pêcher un truc bizarre ! »
Le marin s’interrompt, pris de court par la situation. Il serre dans son poing la carte méthodiquement annotée, encore dégoulinante d’eau de mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *