L'art de se perdre

Fragments d'un voyage amoureux

Marin #9

Mai
04

Jour 14
Bientôt il n’y aura plus aucune terre à l’horizon. La pleine mer, a dit Marin et j’ai senti dans sa voix la pointe d’excitation caractéristique du matelot. Mon écrivain semble au diapason avec son nouveau béguin déclaré (bon, seulement à moi, mais tout de même !). Je le vois tenter de l’impressionner avec les nœuds qu’il révise tout seul quand nous sommes sur le pont Marin et moi.

Jour 16
11.912110, 55.357140

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *