L'art de se perdre

Fragments d'un voyage amoureux

Solstice à Paris #4

Juin
30

Quand elles se quittent à Budapest, avant de sauter dans le train qui la conduit à Bucarest, la vieille leur donne une adresse, et un numéro de téléphone.

– Vous viendrez, hein, au mariage ? Vous viendrez, n’est-ce pas ?
– On viendra c’est promis !

Devant l’assurance de Lisa, la petite vieille s’éloigne heureuse. Melville, lui, affiche un grand sourire satisfait.

– Quoi, elle est sympa, non ?
– T’as promis, Lisa.
– C’est une formule de politesse, je…
– Tu as promis.
– Oh non, zut alors, on être obligés d’y aller maintenant…

Elle le regarde, joueuse. Sur le quai de la gare de Budapest, les criminels de l’Orient Express s’activent pour rejoindre leur correspondance. Les couples s’étreignent, les familles se disent adieu. Au milieu de la cavalcade, Lisa s’approche de Melville. Elle caresse du bout de son nez la joue de son amant, et elle murmure, au creux de son oreille :

– Tu sais que quand on sera là-bas, je vais te demander de m’épouser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *